L’esport, le seul terrain non conquis par Nintendo

L'esport, le seul terrain non conquis par Nintendo

Plus besoin de prouver que l’esport a pris sa place dans notre société. Joueurs, éditeurs, développeurs comme constructeurs de consoles ont conscience de l’impact de l’esport. On peut aller plus loin en disant que même des marques ont suivi cette “mode”, pour un temps avouons-le… Toutefois, un géant historique du jeu vidéo n’a pas totalement adopté l’esport, Nintendo. Pourtant, ils ont les clés pour se lancer pleinement.

Jouer pour jouer, pas pour gagner

Historiquement, Nintendo développe des jeux destinés à divertir le plus grand nombre. Bien évidemment, les premiers jeux n’avaient aucune envergure compétitive comme aujourd’hui (sauf les jeux d’arcade peut-être). Les jeux de Nintendo n’avaient qu’un mode histoire, un mode campagne ou un mode arcade. On pouvait jouer jusqu’à 2 entre amis puis la Nintendo 64 a permis de jouer jusqu’à 4. A l’époque, c’était plus une course à la technologie qu’à la diversification. Nintendo faisait des jeux qui ont marqué l’histoire comme Super Mario Bros, The Legend of Zelda A Link to the past, Super Mario Kart, Donkey Kong Country ou F-Zero pour ne citer qu’eux. Encore aujourd’hui, des retrogamers jouent à ces anciens jeux sur leur vieille console poussiéreuse et Nintendo les fait revivre en proposant des portages sur ses consoles nouvelle génération (3DS, Wii U et on espère sur Switch).

La cible de Nintendo est clairement le grand public. Les personnes qui n’ont jamais touché une manette de leur vie. L’enfant de 7 ans qui a reçu sa première console de jeu pour son anniversaire. Cette famille qui aime partager des moments et qui jouent de temps en temps. Cette bande de copains qu’on a tous et qui adore se provoquer sur une partie de Mario Kart ou Super Smash Bros. Big N prend le jeu au mot et cherche avant tout à créer du divertissement. On le comprend un peu plus aujourd’hui quand on compare les jeux disponibles exclusivement sur des consoles concurrentes. Certains jeux Nintendo sont beaucoup plus accessibles qu’un Dark Souls 3 par exemple parce que la cible n’est pas la même. L’écart est encore plus visible avec le marketing créé autour des consoles actuelles. Sony vante sa PS4 comme une console “pour les joueurs” par exemple tandis que Nintendo a choisi de vanter la possibilité de “jouer où on veut et quand on veut” avec sa Switch. On peut même aller encore plus loin dans l’écart avec les joueurs qui se sont rangés dans une catégorie parce qu’ils jouent à un certain jeu ou une certaine console.

Cependant, Nintendo a bien conscience de ce qu’est devenu l’esport aujourd’hui dans le jeu vidéo, à savoir une discipline incontournable avec beaucoup d’acteurs dont des concurrents, des partenaires mais surtout des joueurs et certainement leurs joueurs.

Une petite course sur Mario Kart ?

De l’esport grand public sinon rien…

Ça ne veut pas dire pour autant que Nintendo n’a jamais organisé de compétitions officielles ou été partenaire en proposant ses jeux. Disons que c’est un peu comme Riot, c’est centralisé au maximum sur les jeux de la maison mais Nintendo reste beaucoup plus timide. Généralement, les conventions sont les bons moments pour proposer des compétitions. Pour la France, on peut citer la Paris Games Week ou la Japan Expo qui sont des salons culturels. Si l’envie de Big N se crée, on peut participer à des compétitions de Mario Kart, Splatoon ou encore Super Smash Bros lors de ces événements. Une filiale de Nintendo a néanmoins le monopole sur ses compétitions au même titre que Riot avec League of Legends, c’est The Pokemon Company qui gère Pokémon. La filiale gère aussi bien le jeu vidéo que le jeu de cartes. Est-ce que Pokémon est un jeu classé esport ? C’est un autre débat mais il y a des compétitions officielles nationales, internationales et mondiales qui sont organisées chaque année. En tout cas, si on liste les quelques jeux que je vous ai cités, vous serez d’accord que ces jeux visent une cible grand public à nouveau.

Nintendo a récemment tenté de s’insérer un peu plus dans l’esport avec un jeu qui n’a au départ pas l’apparence de se prêter à cette discipline. Je parle du jeu ARMS sur Switch (Vous ne l’avez pas vu venir n’est-ce pas ?). C’est un jeu de combat où les combattants utilisent des bras extensibles dans le but évidemment de mettre KO son adversaire. Les combattants se déplacent sur une arène plus ou moins grande où il est difficile de fuir et disposent d’armes à choisir avant le combat. Les joueurs doivent faire preuve de lucidité pour anticiper, esquiver, défendre et attaquer. ARMS est un jeu qui peut sembler un peu délirant dans le concept et qui pourtant a été un des jeux présentés lors de l’EVO Japan 2017. L’EVO est l’événement consacré pleinement aux jeux de type Versus Fighting comme Street Fighter ou Tekken. Il n’y avait pas encore de compétitions d’ARMS car le jeu ni la console n’étaient encore disponibles mais le jeu était présent pour faire des démonstrations. Lors de la sortie du jeu, ARMS s’est beaucoup plus vendue au Japon que Street Fighter V et Tekken 7 avec 100 000 exemplaires alors que les 2 autres se sont vendues respectivement à 41 000 et 58 000 exemplaires.

Stand Nintendo à la PGW
Photo par Puissance Nintendo

 

Les jeux prêts pour l’esport

Nintendo a les capacités de proposer des jeux orientés esport. Tout est une question d’envie et on a bien compris qu’il est peu présent. Pourtant, ce ne sont pas les jeux qui manquent.

Splatoon 2, le FPS pour tous

Splatoon 2

Big N a fait un pas vers l’esport avec Splatoon 2 sorti sur Switch en 2017. Complètement orienté multijoueur, ce FPS, où la peinture remplace les balles, propose un gameplay classique du genre mais dans un univers enfantin. Pas de morts, pas de sang, pas de zombies, juste des enfants qui s’envoient de la peinture avec des armes délirantes. Sur la scène compétitive, Splatoon 2 n’est pas présent hormis des tournois amateurs ou des tournois en ligne sur ESL. Le potentiel est là car c’est un FPS comme un autre mais il faut que Nintendo propose une vision au-delà de la simple partie entre amis en multijoueur local s’ils veulent que cela fonctionne.

Mario Kart, le Joker

Mario Kart 8 Deluxe

C’est évident. Le jeu de course le plus populaire du jeu vidéo a naturellement sa place dans l’esport. Le concept est plus qu’enfantin. Depuis Mario Kart Wii, il est possible de choisir un véhicule parmi un panel large et qui s’enrichit à chaque nouvel opus. Mario Kart 7 a introduit la possibilité de préparer son véhicule. Mario Kart 8 a agrandi le nombre de personnages jouables. La version Deluxe du 8 sur Switch propose de jouer jusqu’à 8 joueurs en mode local et on compte désormais 42 personnages jouables hors les Yoshi et Maskass de couleur. Sans parler du gameplay, du multijoueur et du grand nombre de circuits proposés (48), Mario Kart a totalement sa place dans l’esport. Sur la scène compétitive, on a déjà vu des tournois s’organiser allant jusqu’au championnat de France. Dans le cas où Nintendo se lance pleinement dans l’esport, ils pourront certainement compter sur ce jeu historique.

Super Smash Bros, l’incontournable

Super Smash Bros

Quand on associe Nintendo et esport, Super Smash Bros est le jeu qui arrive en 1er. Le jeu de combat battle royale le plus célèbre est LE jeu esport à succès de Nintendo. On dit souvent que ce qui fait qu’un jeu réussit dans l’esport, c’est sa communauté. Autant dire que pour ce jeu, c’est réussi. L’opus sur Gamecube, Super Smash Bros. Melee, est celui qui est le plus joué dans les tournois esport. Pourquoi la version Melee plus que la version Brawl ou Smash 4 (le nom donné à la version Wii U par la communauté) ? Parce que la jouabilité de Melee est la plus appréciée par les joueurs sans oublier la célèbre manette de Gamecube qui donne un confort unique. Smash 4, proposant un roster impressionnant de combattants (56 personnages jouables DLC compris), a essayé d’être à la hauteur de son aîné mais Nintendo n’a pas encore réussi à recréer cet engouement que tout le monde a pour Super Smash Bros Melee. On attend la version Switch avec impatience. Sur la scène compétitive, Melee et Smash 4 sont des jeux présents à l’EVO. (Anecdote : En 2013, Melee a failli ne pas être inclus à l’EVO car Nintendo ne voulait pas malgré une forte demande de sa communauté. Se rendant compte de leur erreur en constatant le nombre de protestations de la communauté, Nintendo change d’avis. Depuis, Super Smash Bros Melee est un des jeux principaux de l’EVO). La série Smash Bros est bien installée dans le monde de l’esport sans être soutenu par Nintendo qui regarde d’un œil avisé l’évolution de la tendance.

ARMS, uniquement au JaponArms

Comme je vous le disais plus haut, ARMS n’a eu du succès qu’au Japon malheureusement dépassant Tekken et Street Fighter en termes de vente. Après l’annonce du jeu lors de l’EVO 2017, un tournoi officiel a été organisé pour l’EVO 2018 Japan. Ce tournoi s’est déroulé pendant le week-end du 26-28 Janvier à côté d’autres jeux comme BlazBlue, Tekken 7, Guilty Gear, The King of Fighters, Street Fighter V et Smash 4. Les matchs étaient en BO3 (= 1 set de 3 manches) avec un arbre des gagnants, un arbre des perdants, classement des arbres, les phases finales et une grande finale. Format classique pour l’esport.

Si les matchs semblaient intéressants, cela n’a pas suffi à faire d’ARMS un jeu à suivre sur la scène compétitive en dehors du Japon car il ne figurera pas parmi les jeux principaux pour l’EVO 2018 qui se déroulera du 3 au 5 Août à Las Vegas. La faute est certainement due à la profondeur des techniques utilisées en combat. Soyons clair. Les joueurs de haut niveau cherchent à utiliser des techniques avancées pendant les matchs pour gagner. C’est ce qu’on retrouve sur Street Fighter ou Tekken par exemple qui propose une variété immense de techniques possibles. Or, ARMS ne propose pas suffisamment de techniques pour surprendre son adversaire. Ça reste un jeu de baston qui plaira aux novices.

On vous met une vidéo de la grande finale de l’EVO Japan 2018 qui était quand même intense.

Vers d’autres objectifs

Globalement, on a fait le tour du sujet. Nintendo a d’autres objectifs que de proposer des jeux orientés esport malgré ses capacités. Sa Nintendo Switch est lancée et a fait un bien meilleur départque son aînée, la Wii U. On peut penser qu’ils espèrent proposer des jeux avec une expérience bien différente de ses concurrents, notamment avec le motion gaming. L’exemple de Nintendo Labo en est la preuve. Autre objectif : retrouver et conserver sa cible de joueurs. L’esport n’est pas la cause du déclin de Nintendo, c’était déjà le cas avant mais cette tendance n’a pas eu un bon effet chez eux qui ont vu peu à peu leur cible se diriger vers des jeux en ligne proposant plus de défis entre autres. En attendant le prochain Smash Bros, qui est certainement l’un des jeux les plus attendus sur Switch, on espère que Nintendo continuera à proposer des jeux toujours aussi divertissants car il faut l’avouer, The Legend of Zelda : Breath of the Wild valait le coup d’attendre.